À voir le sale temps qu'il fait je crois que je vais crever de froid 
Avec le pâle teint que j'ai, ben du noir j'broie 
Ça doit faire dix millions d'années que je suis terrée chez moi 
Je suis comme un lapin, je nais j'attends que ça passe et voilà 
Ici le phone sonne, c'est presque jamais pour moi 
Ce qu'ils veulent c'est personne sait, juste un miroir en soi 
Leurs mots raisonnent comme les miens et se cognent dans les coins 
Je suis plus de bonne, bonne, bonne, bonne humeur le matin 

En autopilote, je suis comme endormie 
Dans mon bordel je mets de l'ordre, je rouvre les plaies guéries 
En autopilote, je ne serai pas lucide 
Dans ton bordel mettre de l'ordre, ne cherche plus mon avis
Ne cherche plus mon avis 

Avec mes millions de nœuds et même plus en arrière 
Je fais des millions de feus, je cherche l'épine en fer 
Puis je regrette de n'avoir pas eu trop de cran 
C'est la même chose pour eux, si leur sourire se ferme 
Dans des jours vaporeux ils se retrouvent et se perdent 
Ce qu'ils voudraient, juste un peu remonter le temps 

En autopilote, je suis comme endormie 
Dans mon bordel je mets de l'ordre, je rouvre les plaies guéries 
En autopilote, je ne serai pas lucide 
Dans ton bordel mettre de l'ordre, ne cherche plus mon avis
Ne cherche plus mon avis (en autopilote)

Je suis comme endormie 
Dans mon bordel je mets de l'ordre, je rouvre les plaies guéries 
En autopilote, je ne serai pas lucide 
Dans ton bordel mettre de l'ordre, ne cherche plus mon avis
Ne cherche plus mon avis

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *